· 

DAB+: Le SIRTI demande un soutien explicite des pouvoirs publics dans la transition numérique de la radio

SIRTI, le syndicat des radios indépendantes

Le SIRTI et les 169 radios indépendantes qu’il représente, soutiennent la radio numérique terrestre en DAB+, considéré comme la seule alternative technologique permettant de préserver une souveraineté numérique, le maintien d’un écosystème radiophonique dynamique ainsi qu’une offre régulée.

 

Déjà présentes en DAB+ à Paris, Marseille, Nice, Lille et dès le 5 décembre à Lyon et Strasbourg et prochainement sur une vingtaine grandes agglomérations françaises, les radios indépendantes ont massivement investi dans la technologie du DAB+. Tant au niveau financier que sur le plan humain, elles représentent entre 45 et 65 % des radios accessibles dans ces zones. Plusieurs d’entre elles, notamment Chante France, Crooner Radio, Jazz Radio, Générations, Latina, M Radio, Oüi FM, Radio Bonheur, Radio Maria France, France Maghreb 2, Sud Radio et Virage ont présenté un dossier de candidature dans le cadre de l’appel métropolitain clôturé le 21 novembre dernier et attendent que le CSA leur accorde une juste place aux côtés de groupes nationaux, également candidats après de nombreuses années d’hésitation.

 

Pour Alain Liberty, président du SIRTI : « Nous sommes heureux de la formidable accélération du déploiement du DAB+ que nos adhérents ont tant soutenu depuis plus de 10 ans. C’est une opportunité exceptionnelle pour le média radio et au premier plan pour les radios indépendantes de pouvoir accompagner leur public dans cette transformation des usages. Le ralliement in extremis des groupes nationaux vient conforter nos prises de position sur le sujet et nous incitent à prôner l’union des acteurs de la radio pour promouvoir tous les avantages du DAB+, à la fois, auprès des auditeurs et des pouvoirs publics ».

Désormais, et afin de garantir pleinement le succès du DAB+ à l’échelle métropolitaine à horizon 2020, le SIRTI appelle à un positionnement clair de Radio France et de son autorité de tutelle sur sa volonté à participer au déploiement du DAB+ aux côtés des opérateurs privés nationaux et indépendants. Le SIRTI demande aussi un soutien explicite et concret des pouvoirs publics dans cette transition numérique de la radio.

 

Le SIRTI rappelle sa proposition consistant en la création d’un crédit d’impôt pour les dépenses engagées par les éditeurs dans la radio numérique terrestre. À l’instar des dispositifs existants en faveur du cinéma, de la production audiovisuelle, de la musique enregistrée ou de la production de spectacles, un crédit d’impôt pour le secteur de la radio constituerait un mécanisme d’accompagnement des investissements dans le DAB+ à un moment clef de son processus de déploiement. Cet avantage fiscal permettrait d’envoyer un signal positif au secteur radiophonique tout en assurant la préservation du modèle hertzien et de l’exception culturelle française.

Le DAB+ arrivera le 5 décembre prochain à un moment important de son histoire: avant la fin de l'année, le CSA constatera le franchissement du seuil de 20% de la population couverte par le DAB+. Cela déclenchera les obligations légales d’intégration de cette technologie dans les récepteurs radio à l’échelle industrielle et permettra un équipement massif des Français dans les 18 prochains mois. Le SIRTI salue le volontarisme et la mobilisation importante du CSA dont le rôle a été déterminant pour cette réussite.