· 

Changement de stratégie pour le déploiement du DAB+en France

Changement de stratégie pour le déploiement du DAB+ en France, DABplusFR

Le 30 mai 2017, Nicolas Curien, membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) s'est exprimé pendant l'Assemblée Générale du SIRTI sur les développements de la radio numérique terrestre.

En juin 2016, le CSA a lancé l'appel N°2 en DAB+ portant sur les zones de Lille, Lyon et Strasbourg. À Lille, les 39 radios sélectionnées ont reçu leurs autorisations le 24 mai dernier. Les radios doivent s’accorder entre elles pour proposer un projet de multiplex au CSA au plus tard le 24 juillet.

 

À Lyon et à Strasbourg, il y a quelques difficultés en cours de résolution. Si tout passe bien, les autorisations seront délivrées après la rentrée, afin de donner les meilleures chances de bonne constitution des multiplex.

 

Les prochains appels en DAB+ pour Nantes et Rouen, de la série N°3, seront lancés avant l'été, après la publication des études de l'impact et la consultation publique. L'appel pour Toulouse est reporté à la fin de l'année. En raison de derniers travaux sur les contours des allotissements locaux et sur le plan de couverture de l’allotissement étendu, la zone de Toulouse sera traitée en même temps que Bordeaux, ainsi que Paris, Marseille et Nice à l'appel N°4.

 

Pour Paris, Marseille et Nice, il s'agit d'une partie de la ressource qui n’a pas été utilisée. À part ça, il y a également des réaménagements qui doivent être effectués.

 

Tenant compte des retours de terrain à Paris, Nice, Marseille et des résultats de l’appel à candidatures N°2 sur Lille, Lyon et Strasbourg, le CSA va changer la stratégie sur le DAB+. Les premières expériences abordent deux messages. D’une part, il y a l'ambition forte des opérateurs pour les allotissement étendus et pour les allotissements locaux de centre d’agglomération. En revanche, il y a la réalité d’un marché encore immature et peu solvable sur le plupart des autres allotissement locaux.

 

D'une part, la stratégie consiste à poursuivre les déploiements régionaux, en les concentrant sur les 30 plus grandes agglomérations, celles dépassant 200.000 habitants, Pour chaque agglomération, un multiplex étendu et un ou deux multiplex locaux seront disponibles. En outre, la stratégie conduirait à rendre disponible la ressource constituée de deux multiplex nationaux, gardée en réserve jusqu'à présent, afin d’assurer une couverture en mobilité, le long des principaux axes routiers et autoroutes.

 

Le Groupe de travail radio du CSA mène actuellement une série d’auditions, où sont invités les représentants des différentes catégories de radio ainsi que les opérateurs techniques. Ensuite, une consultation publique sera lancée avant la coupure estivale. Après cette consultation, un calendrier révisé des déploiements sera publié en automne. 

L’ambition est de lancer des appels au rythme de cinq zones par semestre, à compter du début 2018. Par conséquent, les 30 plus grandes agglomérations seraient couvertes à la fin de 2020. Quant aux appels nationaux, ils pourraient également être lancés dès 2018. À noter que des appels nationaux seraient seulement opportun à condition qu’ils suscitent l’intérêt d’au moins quelques grandes radios nationales ou généralistes et celui du service public, ainsi que la précision du modèle économique le mieux adapté, distributeur ou éditeur.

 

Avec ce scénario, la couverture en DAB+ sera à peu près 70% de la population, fin 2020. À partir de 2021, la couverture pourra augmenter avec des appels sur les zones locales qui n’auront pas été incluses dans la première grande phase de déploiement (2017-2020), en raison de leur viabilité économique incertaine à court terme.